Et aussi...




Le club Trail nature Collobrières, organisateur du Trail des Maures propose diverses animations.








La sortie "Off" nocturne des menhirs sur le parcours du Trail des Menhirs en juillet 







Le footing de décrassage avec les invités du Trail des Maures



Quelques invités dont Sébastien Nain, François Mourgues, Lisel Dissler , Matthieu Bourguignon.


Le 19 août 2016, une nouvelle course urbaine, "la Ronde des Boucaniers" sera organisée autour du village 


  



 Le festival de la nature aura lieu du 20 au 22 mai 2016 dans le cadre de la fête nationale de la nature. De nombreuses animations seront proposées au public : expositions autour de la nature, balades dans le massif, foire artisanale et films sur la bio-diversité des Maures. 


Ce festival a été conçu dans une vision d’éco-citoyenneté et de développement durable. Sensibiliser la population régionale et nationale à la fragilité de l’écosystème méditerranéen et à la richesse de son patrimoine, par une approche ludique et citoyenne.
                          


La Fête de la Nature se déroule chaque année au mois de mai, à une date proche (sauf exception) du 22 mai, date de la journée internationale de la biodiversité.
Cliquez sur l'affiche pour aller sur le lien www.fetedelanature.com.



Quelques photos du festival de Collobrières: 




L'Office national des forêts (O.N.F) 
est un partenaire privilégié du Trail des Maures.

Nous avons l'autorisation de traverser des zones dites R.B.I ( reserve biologique intégrale) situé dans le vallon du grand Vallat (avant le ravitaillement du km18) et sur le sentier "terre sauvage" des moines qui amène à la retenue d'eau des lamberts (ravitaillement km35)

Nous avons la permission exceptionnelle d'accéder en voiture au plateau des Lamberts pour vous réaliser votre ravitaillement. 

Mais AUCUN SPECTATEUR ne sera habiliter à y monter en voiture sous peine d'amendes.




  
Michel Pierron, Ancien Garde O.N.F responsable du massif des Maures nous explique la R.B.I

Texte sur le massif des Maures

" Des souvenirs m'entraînaient vers cette ruine : celui de la solitude infinie et de la tristesse inoubliable ressenties dans le cloître perdu et puis, celui d'un vieux couple de paysans chez qui m'avait conduit, l'année précédente, un ami qui me guidait à travers le pays des Maures.

L'ornière que nous avions suivie cessait tout à coup et devenait un sentier, accessible seulement aux piétons et aux mulets. Je me mis donc à monter seul, à pied, et à pas lents. J'étais dans une forêt délicieuse, un vrai maquis corse, un bois de contes de fées, fait de lianes fleuries, de plantes aromatiques aux odeurs puissantes et de grands arbres magnifiques.

  Les granits dans le chemin brillaient et roulaient. Par les jours, entre les branches, j'apercevais soudain de larges vallées sombres pleines de verdure, s'allongeant à perte de vue.

J'avais chaud, mon sang, plus vif, coulait dans mes veines, je le sentais courir, un peu brûlant, rapide, alerte, rythmé, entraînant comme une chanson, la grande chanson simple et gaie de la vie qui s'agite au soleil. J'étais content, j'étais fort, j'accélérais ma marche, escaladant les rocs, sautant, courant même, découvrant de minute en minute un pays plus large, gigantesque filet de vallons déserts où ne montait pas la fumée d'un seul toit.

  Puis je gagnai la cime que d'autres cimes plus hautes dominaient et après quelques détours, j'aperçus sur le flanc de la montagne en face, derrière une châtaigneraie immense, qui allait du sommet au fond de la vallée, une ruine noire, un amas de pierres sombres et de bâtiments anciens supportés par de hautes arcades. Pour l'atteindre, il fallut contourner un large ravin et traverser la châtaigneraie. "

                                            Guy de Maupassant (Mes souvenirs, Chapitre XV)